ItFaces.ME - QUESTIONS

Questions souvent posées 

Êtes-vous touché/e par le problème de la violence sexuelle – en tant que victime, survivant, agresseur, parent, ou aide ? Nous sommes peinés que vous ayez souffert et subissez encore ces épreuves intolérables et incompréhensibles. Personne ne mérite ce genre de souffrance. Les conséquences émotionnelles et psychologiques des abus sexuels et de la violence sont graves.  La première étape pour rompre avec la violence est de reconnaître que votre situation est abusive. Une fois que vous reconnaîtrez cette réalité, vous pouvez obtenir l'aide dont vous avez besoin. Nous ne prétendons pas avoir toutes les réponses. Mais nous voulons ensemble chercher des solutions pour vous apporter aide et soutien.

Si vous ne trouvez pas les réponses à vos questions sur le site, envoyez- nous s’il vous plaît un e-mail avec vos questions à :
info@itfaces.me

Ou allez à Contact, et écrivez-nous. Nous assurons la confidentialité de vos e-mails.

Qui est l’ agresseur?
Qui est vulnérable?
Comment puis-je être aidé/e?
Quand vous êtes l’auteur d’agressions sexuelles
Où puis-je trouver de l'aide?
Où est Dieu?
Comment pouvons-nous empêcher cela?
Par où commencer?
Comment doit réagir l'Eglise locale? 
 

Pourquoi cela arrive-t-il ?
Vous n'êtes pas responsable de la violence que vous subissez, personne ne doit vous le reprocher.

Suivez le lien pour comprendre le cycle de la violence :
www3.sympatico.ca/saharas/hommes/lecycle.html

Qui est l’ agresseur?
"Ça doit être un monstre !"  Ce serait plus facile si c’était le cas : vêtements sales,  mal rasé, mal coiffé, regard mauvais, méchant ... mais tout cela est un mythe. L'agresseur est une personne normale, peut-être même charmante, très aimable, peut-être un bon ouvrier dans une usine, un enseignant ou un responsable religieux, ou quelqu’un qui a un statut élevé dans la société .... L’abus sexuel est un crime. En France, l’agresseur est  puni il peut encourir 3 à 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende. Pour lire la Législation en France, en Suisse, en Belgique. Voir : Adresses et liens.

Violence : il y a des comportements ou des traits de caractères qui laissent suspecter qu’une personne est ou pourrait devenir violente.  Voir question : Comment pouvons-nous empêcher cela ?

Qui est vulnérable?
Les enfants qui sont témoins de violence apprennent à gérer les conflits violemment comme si c’était normal. Généralement, ces enfants finissent par devenir eux-mêmes soit victimes ou agresseurs, et le cycle de la violence passe à la génération suivante. Des études faites aux États-Unis montrent qu’il y a 74 % de probabilité que les enfants qui grandissent dans des foyers violents deviennent des agresseurs. Quatre-vingt-un pour cent des hommes auteurs d’abus ont eux-mêmes eu un père qui a abusé de leur mère. N’importe qui peut devenir une victime de violence et d’abus sexuel.  Néanmoins, en plus des enfants, il y a d’autres groupes de personnes dont la vulnérabilité est liée à l’âge, ou à des déficiences physiques ou mentales, ou à certains facteurs comme l'origine ethnique, la classe sociale, la nationalité et la religion.

Comment puis-je être aidé/e?

Vous n'êtes pas seul/e. Il existe des professionnels pour vous donner des conseils et pour vous aider. Ne vous isolez pas.

Quand vous êtes victime d’abus ou de violence:
- Allez sur Contact et cliquez sur votre pays.
- Vous pouvez également nous écrire et nous vous aiderons.
- Appelez la responsable du département des Ministères des femmes ou votre pasteur.
Vous pouvez trouver des informations utiles en suivant le lien   violencequefaire.ch/fr/index.php
Cherchez un numéro d’appel ou une association dans votre pays : www.hotpeachpages.net/

Quand il ya un danger immédiat qui menace votre vie :
- Allez sur Contact et cliquez sur votre pays, puis suivez le lien. Appelez une ligne d'assistance téléphonique, appelez-nous ou écrirez-nous.
- Trouvez l’hébergement le plus proche de chez vous. Parlez de votre problème. Vous y trouverez aussi des informations pratiques pour votre sécurité et celle de vos enfants : vous pouvez également avoir recours à la protection de la police, aux conseils d’un juriste et d’un soutien psychologique avec un thérapeute.
- Vous avez peut-être besoin d’être soutenu spirituellement, et dans ce cas vous pouvez appeler un pasteur.

Vous pouvez trouver des informations utiles en suivant le lien   violencequefaire.ch/fr/index.php
Pour chercher un numéro d’appel ou une association dans votre pays : www.hotpeachpages.net/

Quand vous êtes l’auteur d’agressions sexuelles:
-  Adressez-vous à un hôpital pour suivre un programme thérapeutique afin vous  aider à résoudre les problèmes qui engendrent votre comportement.
- Appelez un médecin psychothérapeute, participez à une thérapie de groupe.

Groupes d’accompagnement aux auteurs : 
Femmes violences : www.face-a-face.info/
Hommes violents : www.ex-pression.ch/
- Allez sur Contact et cliquez sur votre pays.
Vous avez recours à la violence : vous pouvez trouver des informations utiles en suivant le lien  
violencequefaire.ch/fr/agr/index.php

Où puis-je trouver de l'aide? 
 Allez sur Contact, et cliquez sur votre pays.
Hotline :  Numéro d’urgence européen : 112

Où est Dieu?
Dieu est tout proche et toujours du côté des faibles. Il est celui qui sera toujours à l'écoute de celui qui souffre. Vous pouvez douter si vous avez été abusée, mais vous découvrirez que Dieu est celui qui va vous reconstruire et restaurer votre vie. Le bras de Dieu vous soutiendra et vous permettra de ne pas avoir à craindre parce que son bras vous rendra fort/e. Ps 89,22.

L'abus et la violence sont la priorité absolue de Dieu. Dieu hait celui qui aime la violence (Ps  11,5). Il condamne la violence et les abus de même que le péché et la méchanceté. Il existe de nombreux exemples dans la Bible de situations de violence, d’abus sexuel, de viol, d'oppression, mais Dieu a agi afin qu'il n'y ait pas de malentendu sur ce qu'il pense: Il se soucie des victimes d’abus et de personnes souffrantes. Sa volonté est de nous aimer les uns les autres, et non pas de nous blesser.

Comment pouvons-nous empêcher cela?
Soyez attentif/ve à l'évolution de votre relation:
Signes précurseurs d'un comportement abusif :
Jalousie
Critique destructive
Manque de respect
Jalousie
Déni, contestation, blâme
Contrôle de vos dépenses
Consommation d’alcool ou de drogue
Isolement
Surveillance et brimades
Brutalité
Intimidation
Humiliation
Cruauté envers les animaux
Cruauté envers les enfants
Violence verbale
Violence sexuelle
Attitude négative à l'égard des femmes
Menaces de violence

Pour avoir plus d'informations sur la liste ci-dessus, ouvrez le site Web:
www.prevention.ch/haltealaviolence

Le cycle de la violence peut être rompu lorsque les parents et la famille sont prêts à changer et à apprendre de nouvelles façons de régler les conflits.

Ce qui est fait dans l'Eglise pour la prévention de l'abus:
- Le quatrième sabbat de chaque mois d'août est consacré à la prévention des abus.
Vous trouverez l'information pour cette journée spéciale en contactant la responsable du WM de votre pays.
- Parler des abus du haut de la chair le jour du sabbat matin
- Pour les pasteurs, en plus du point ci-dessus : encourager la prévention par tous les moyens
- Présentation de séminaires
- Organisation de tables rondes avec des thérapeutes, des juristes, des professionnels pour l'ensemble de l'église
- Distribution de brochures sur la prévention.
- Impression de petites cartes avec Hotline, ou ITFACES.ME 
- La prévention par les médias, la télévision, les magazines, les livres, ....

Par où commencer?
Il est nécessaire d'abord de reconnaître la situation, sinon la victime pense que ce qui lui est arrivé est normal, qu’elle le mérite, et elle en a honte. Une victime ne doit pas avoir honte. Elle n'est pas seule. Parler de sa souffrance peut aider à la surmonter. Faire des confidences ne suffit pas. Le/la confident/e doit l’encourager à parler, soit au pasteur ou à un/e responsable de confiance de son église afin d'être guidée avec douceur et sans jugement vers un professionnel. La victime peut aussi contacter elle-même un psychothérapeute ou une  association, mais c’est rare qu’elle puisse le faire seule.

La victime a besoin de l’aide d’un thérapeute. Elle a aussi besoin de se faire aider pour trouver un logement ou un centre d’accueil, ou encore pour remplir les formalités requises  (police). Si elle a des blessures physiques, elle devra consulter un  médecin, qui lui fera passer des examens médicaux et rédigera un certificat médical. Ensuite elle se rendra à la police pour porter plainte.

Comment doit réagir l'Eglise locale?
Une enquête dans un pays européen a indiqué qu'une moyenne de 10% des femmes adventistes et 3% des hommes adventistes ont été victimes de la violence sexuelle. Dans la plupart des cas, l'agresseur et la victime sont membres de l'Église ou dans l’entourage proche.
Depuis trop longtemps les thèmes de la violence et des abus ont été des sujets tabous dans l'Église. Cette attitude de refus a conduit à nier les faits. L'Église adventiste veut changer ça!
Nos membres d'Église ont besoin de développer une culture de bienveillance et de compassion et de démontrer leur amour pour l'autre. L’Église doit être prête à prendre soin des membres les plus vulnérables. Afin de répondre aux besoins des victimes et des auteurs par le biais du site internet ITFACES.ME, il est indispensable que chaque Église se prépare et forme les membres d'église sur la manière de se comporter.

Les pasteurs et les responsables des Ministères des femmes ont la responsabilité de s’assurer que tout est mis en œuvre pour que leur église soit  un lieu sûr pour tous, un lieu pour parler de questions relatives à l’abus sexuel et à la violence, pour encourager les membres à en parler, pour apporter un soutien et assurer la sécurité des victimes, le respect et la confidentialité et, pour considérer les auteurs coupables de leurs actes.

Les pasteurs et  les responsables des Ministères des femmes doivent connaître toutes les ressources disponibles de la communauté.

Il est important aussi pour les survivants d'abus et de violence d'entendre depuis la chaire des messages qui condamnent la violence de toute nature, ce qui contribuera à bâtir la confiance dans le pasteur.